Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 22 février 2008

Canton de Givet: un marché instructif


Aujourd'hui, c'est vendredi. Comme tous les vendredis, c'est le jour du marché à Givet. Comme tous les vendredis précédant de peu une élection, c'est aussi le jour où les habitués peuvent, en plus des bonnes affaires pour lesquelles ils se sont expressément déplacés, repartir avec une pleine brassée de documents politiques en tous genres distribués par des militants tantôt sereins et capables de discuter posément tantôt fébriles et tenant des propos plus proches de l'anathème et du discours incantatoire que du débat argumenté. Comme tous les vendredis précédant de très peu une élection présentée comme indécise, c'est le moment où le commun des électeurs peut approcher les candidats les plus en vue, leur serrer la main et échanger avec eux quelques propos en espérant qu'ils ne seront pas oubliés aussitôt qu'ils auront le dos tourné.

Aujourd'hui, les habitués du marché ont été gâtés. Le soleil n'était pas de la partie, mais 2 personnages rayonnants s'efforçaient de le remplacer en faisant montre d'une chaleur exceptionnelle: l'apolitique de Droite candidat à un 2ème mandat au poste de maire de Givet, Claude Wallendorff, et l'apolitique soutenu par la Gauche molle candidat à un 1er mandat au même poste pour mettre ses pas dans ceux de son grand-papa, Luc Declef. Laurent Bouvier, candidat présenté par le MRC-08 aux élections cantonales, a naturellement échangé avec chacun quelques mots, ce qui lui a permis de clarifier sa position et de faire comprendre à ceux qui ne l'auraient pas encore intégré qu'une élection cantonale n'est pas une élection municipale et qu'il est difficile de vouloir le beurre et l'argent du beurre. Ces rappels étant faits, comme nombre d'habitués du marché, notre candidat a accepté de prendre toute la littérature qui lui était proposée pour pouvoir en prendre connaissance plus tard.

Après une lecture attentive, l'honnêteté intellectuelle l'a amené à constater que l'écart de qualité existant la semaine précédente entre les documents des 2 postulants à la mairie de Givet a disparu. Le 4 pages de la liste "Givet autrement" lui semble s'être hissé à la hauteur de celui de la liste concurrente, avec en prime une présentation plus détaillée des postes brigués par chacun des colistier. Malheureusement, pour une liste d'opposition à "l'actuel maire sans étiquette UMP", le choix d'une couleur de fond bleu, même clair, est plus que maladroit, à moins bien sûr qu'il ne s'agisse d'un message subliminal destiné à révéler un positionnement politique jusqu'ici caché. Par contre, le dépliant pour les élections cantonales distribué par Claude Wallendorff et sa très timide suppléante lui est apparu bien pauvre: sur la forme, le bleu omniprésent décliné sous toutes les teintes ne fait que confirmer un ancrage à Droite qui n'est plus qu'un secret de polichinelle; sur le fond le 1er tiers n'est que la reprise de la présentation de Claude Wallendorff faite par "l'Ardennais", le 2ème tiers celle de la présentation de sa suppléante parue dans le même journal et le 3ème tiers une description sans intérêt du canton complétée par un programme se limitant à quelques généralités comme "le Conseil général doit agir plus vite pour le faire" ou "nous en demandons plus qu'aujourd'hui". Soyons réalistes, pour permettre au canton de Givet de surmonter ses difficultés bien réelles, il faudra plus de réflexions et des propositions plus concrètes. Viendront-elles de la candidate socialiste Michèle Marquet? On peut en douter si l'on en juge par l'absence jusqu'à maintenant de tout programme de sa part...

3 commentaires:

mimille a dit…

Le bleu ne symbolise pas forcément l'UMP mais c'est également la couleur de la FRANCE, la couleur de l'ESPOIR (selon vos dires). Elle symbolise aussi la paix, le calme et la volupté.

Eufrasio a dit…

Effectivement, ce bleu est à rapprocher du drapeau républcain sans ambiguïé. Le programme de Givet Autrement est bleu en première page, jaune paille, la couleur de l'énervement sur les sujets qui n'avancent pas comme le désenclavement ou ceux qui fâchent comme la dette et le budget, la ligne Givet Dinant, vert pour l'environnement, le développement durable et le cadre de vie, le vert est la couleur de l'espoir, saumon (rose) sur les thèmes sociaux, et même un peu plus rougeâtre sur le pouvoir d'achat.
Tout un poème. Il faudrait un Ardennais prénommé Arthur pour s'y oser d'avantage, mieux que je ne peux le faire et lier les couleurs aux thèmes comme ce voyou le fit aux voyelles. Mais comme le chantait Mouloudji : " on n'a pas tous du géni, n'est pas Rimbaud qui veut pardi".
Voilà pour la forme, pour le fond, je le laisse à la verve et à la sagacité de Mr BOUVIER, qui ne sont plus à démontrer.
Bien à vous.

mrc-08 a dit…

Aucune couleur ne symbolise la France. Seul le coq, à la rigueur... Par contre, chaque régime est associé à une couleur. La République française ne s'est jamais limitée au bleu, mais a toujours été symbolisée par l'alliance des couleurs de la ville de Paris, bleu et rouge, et de celle du roi, blanc. A deux moments seulement, la République française fut associée à une couleur unique. Ce n'était pas le bleu mais le ROUGE. Il s'agit de la révolte ouvrière de juin 1848, et de la Commune de Paris dont chacun sait qu'elle a été écrasée dans un bain de sang innomable... par un dénommé Thiers dont une rue de Givet porte d'ailleurs étonnamment le nom.
Par ailleurs, le bleu a longtemps été une couleur très chère, c'est la raison pour laquelle elle a été utilisée par ceux qui en avaient les moyens, d'abord les religieux qui en ont fait la couleur mariale, puis le pouvoir politique qui à partir du XIIème siècle en a fait la couleur de fond des blasons des rois de France.
Dernière remarque : chacun sait que le poète ardennais écrivait ses poèmes sous inspiration médicamenteuse... formulation volontairement gentille car elle consiste à faire passer le haschich et l'absinthe pour des médicaments. D'ailleurs, il n'est pas resté ardennais très longtemps, il est devenu marchand d'armes à Aden... destin que nous ne souhaitons à aucun candidat, qu'il soit apolitique de droite ou apolitique de gauche.