Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 9 février 2008

Canton de Givet: le réveil de Michèle Marquet


Le canton de Givet est une terre politiquement atypique. Aux élections à portée nationale, qu'il s'agisse des présidentielles, des législatives ou des européennes, ainsi qu'aux élections régionales, ses électeurs votent majoritairement à Gauche, ce qui est normal au regard de la structure sociologique de sa population. Pourtant, aux municipales, si les 10 villages font preuve de constance et confirment leur vote, les 2 villes et notamment Givet élisent des candidats de Droite qui assument plus ou moins leur étiquette. Aux élections cantonales, c'est la même chose: pendant des décennies, le canton a été représenté par un conseiller général peu ou prou ancré à Droite. Quoi de plus normal, êtes-vous certainement en train de penser, c'est le phénomène de notabilité qui joue à plein! Le MRC-08 est bien d'accord avec vous et ce n'est pas l'élection en 2001 de la socialiste Michèle Marquet qui infirmera son analyse: n'est-elle pas la soeur de Claudine Ledoux qui était à l'époque la députée-maire de Charleville-Mézières, cest à dire une "notabilité par intermédiaire".

Dans un canton aussi atypique, les pratiques politiques peuvent-elles être habituelles? Evidemment non! Ainsi, alors que les autres conseillers généraux du département labourent en tous sens les cantons qu'ils représentent afin de s'imprégner de leurs problèmes et d'être à l'écoute de leurs habitants, alors qu'ils multiplient les permanences dans chaque village pour être facilement accessibles, alors qu'ils s'efforcent de participer au maximum de festivités pour montrer leur intérêt pour la vie locale, la conseillère générale Michèle Marquet a choisi d'agir autrement. Après avoir débuté son mandat sur les chapeaux de roue en publiant un bulletin cantonal rappelant au milieu d'une masse de publicités de bien mauvais aloi les attributions du Conseil général (!) , elle a tenu quelques permanences, de préférence en période pré-électorale ... puis plus rien ou presque. Elle a pratiquement disparu du paysage! Elle s'est transformée en conseillère générale fantôme brillant par son absence lors des cérémonies des voeux de la plupart des maires du canton : à Vireux-Wallerand, c'est même Benoît Sonnet, élu du canton voisin de Fumay, qui représentait le Conseil général. Elle ne participe que très épisodiquement aux festivités locales, en dehors de celles qui animent Chooz, bien sûr. Elle ne tient pas de permanences régulières, ce qui empêche la population de lui faire part directement de ses difficultés. Cette conception pour le moins particulière de son mandat a certainement sa logique, mais sincèrement elle nous échappe. Pour nous, il faut dire les choses clairement: le canton de Givet n'a plus de représentant digne de ce nom!

Evidemment, c'est dommage et nous en pâtissons tous. Mais de la même façon que les arbres ne montent jamais jusqu'au ciel, le pire n'est jamais éternel. Ainsi, nous avons appris cette semaine que Michèle Marquet était sortie de sa longue "hibernation" et allait faire son grand retour en tenant prochainement une permanence dans les 12 communes du canton. Le retour au bon sens, pensez-vous avec votre optimisme habituel. peut-être! Mais certains murmurent aussi que ce serait la proximité des élections du 09 mars qui serait à l'origine de cette soudaine agitation. Sur ce sujet, notre candidat, Laurent Bouvier, a son point de vue, mais la galanterie nous interdit de l'exposer...

1 commentaire:

charlemont08 a dit…

Certes, étant tout à fait galant aussi, je m'interdis de poursuivre. Mais je conseille aux personnes intéressées par les élections de faire un tour sur le blog de campagne de Michèle Marquet. En dépit de mes efforts, je n'ai pas pu trouver la profession de foi annoncée. En fait, je n'ai pu y voir qu'une photo de la candidate. Mais sans doute est-ce par ce que je suis nul en informatique...
Donc, comme toujours, c'est à l'électeur de se faire une idée. Sur le blog du M.R.C.-08, en tout cas, on travaille.