Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 21 mars 2007

1ère circonscription : Maurice Ninitte, la force de l'expérience.


Nous vous l'avions laissé entendre, c'est désormais fait : il y aura un candidat estampillé exclusivement M.R.C. sur la 1ère circonscription et ce sera Maurice Ninitte. On ne le présente plus, mais nous allons quand même, pour les Ardennais de fraîche date, rappeler ses états de service.

Fils de Robert Ninitte, conseiller général communiste du canton de Mézières puis de Mézières-centre-ouest sans interruption de 1945 à sa mort en 1977 ( pour ceux qui comptent bien ça fait 32 ans, soit autant que les mandats cumulés de De Gaulle, Giscard et Mitterrand comme présidents de la République !), il a commencé à s'intéresser à la politique en réaction à la Guerre d'Algérie. Ainsi, dès l'âge de 16 ans il a adhéré aux Jeunesses communistes. Il a ensuite occupé la fonction de secrétaire de la cellule communiste de Mohon avant de devenir 1er secrétaire de la section de Charleville-Mézières (à l'époque où elle comptait à elle seule 450 adhérents). Membre pendant de nombreuses années du comité fédéral des Ardennes, il a démissionné du P.C.F. en 1991 suite au coup d'Etat tenté par les ultra-communistes en U.R.S.S.

Libre de tout engagement, il a poursuivi sa carrière d'élu local : après avoir été conseiller municipal de Charleville-Mézières de 1977 à 1980, il est devenu un des adjoints du maire Roger Masse de 1980 à 1998 puis 1er adjoint du maire Louis Auboin de 1998 à 2001.

C'est aussi en 2001 qu'il participe activement à la campagne présidentielle de Jean-Pierre Chevènement en qualité de président de son comité de soutien dans les Ardennes. Prenant acte du positionnement à gauche du M.R.C., il rejoint ses rangs en 2003 et occupe depuis au sein de la fédération le poste de secrétaire à l'action politique.

Parallèlement à cette carrière politique que beaucoup pourraient lui envier, il est entré dans le monde du travail à 17 ans comme ajusteur dans l'entreprise Foissy à Warcq. Tout naturellement, il a adhéré dès sa première paye à la C.G.T. dont il est devenu délégué dans l'entreprise. L'époque étant propice à la mobilité, il a rejoint le service commercial d'E.D.F. où, après avoir été représentant syndical du collège ouvriers-employés, il a été élu secrétaire général du collège G.N.C. (groupement national des cadres)... sans être cadre lui-même : c'est ça la notoriété !

Par ailleurs, il a occupé d'autres fonctions, toujours au service de la collectivité : président des parents d'élèves F.C.P.E. de Mohon-Ronde Couture et du Collège Roger Salengro, vice-président du C.C.A.S. de Charleville-Mézières de 1995 à 2001, secrétaire général-adjoint du Conseil d'administration de l'ADAPAH (Association départementale des personnes âgées et handicapées)...

Ses nombreuses fonctions ont fait de Maurice Ninitte un acteur respecté de la vie publique carolomacérienne. Le M.R.C.-08 est donc persuadé qu'il saura porter brillamment ses couleurs lors des législatives. La victoire est possible, et dans tous les cas cette campagne permettra d'ouvrir des perspectives pour les échéances électorales prévues en 2008, les cantonales bien sûr et pourquoi pas les municipales...

3 commentaires:

marco a dit…

bravo momo continue dans cette voie
tu sais un joiur le bac se retourne sur le cochon comme on dit a neufmanil
marco

marco a dit…

bravo monsieur NINITTE continue on vous soutiendra car je pense que vous avez laisse a charleville une image tres positive sur la population surtout parmi les personnes agees ou vous representez une personne formidable
marco

tismana a dit…

Je m'incline devant l'expérience de Monsieur Ninitte. C'est un homme qui sait comprendre les électeurs. La majorité des politiques utilise la langue de bois, mais lui il sait écouter! Il a laissé une excellente impression comme maire adjoint de Charleville Mézières. J'espère qu'on le verra aux prochaines élections et qu'il pourra gagner pour aider avec l'humanité qu'on lui connait tous les citoyens de base. Courage, monsieur Ninitte, nous sommes nombreux à vous attendre.