Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 14 mars 2008

Canton de Givet: nécessité fait loi!


Dans une dictature, les élections sont une formalité d'une simplicité enfantine: vous avez un seul candidat qui bénéficie de la totalité du temps de parole et qui est élu au 1er tour avec 99,97% des suffrages! Dans une démocratie comme l'est encore la France malgré la dérive oligarchique qu'elle connait depuis une quinzaine d'années, les choses sont plus compliquées: il y a plusieurs candidats au 1er tour qui s'efforcent chacun de démontrer qu'ils possèdent des qualités personnelles que les autres n'auraient pas, un programme davantage réfléchi et plus proche des préoccupations de la population que ceux de leurs adversaires ainsi que les capacités et les relais nécessaires pour l'appliquer. Les électeurs opèrent alors en leur âme et conscience à un choix d'adhésion qui peut aboutir à 2 possibilités: soit un candidat domine les autres de la tête et des épaules et il est élu dès le 1er tour, soit aucun ne dépasse la barre fatidique des 50% et un 2ème tour est organisé afin de départager les 2 candidats, éventuellement les 3 voire même dans certains cas les 4 qui ont obtenu plus de 10% des électeurs inscrits. Les électeurs souverains opèrent alors en leur âme et conscience à un choix d'élimination afin de confier le mandat en jeu à celui qu'ils considèrent comme le moins mauvais des candidats.

A l'issue du 1er tour des élections cantonales, c'est à cette deuxième possibilité que les électeurs du canton de Givet seront confrontés. Ils devront choisir entre l'apolitique de Droite Claude Wallendorff et la socialiste Michèle Marquet. Pour certains, le choix est évident. Pour d'autres, il est cornélien. Mais pour les acteurs politiques, il est impératif de le faire et de le faire savoir. C'est ce que le candidat du MRC-08 sur le canton de Givet, Laurent Bouvier, a fait mercredi en tenant une conférence de presse dont vous trouverez ci-dessous le compte-rendu qui a été publié dans l'édition de "l'Ardennais" de ce jour:

"Après André Majewski, du Parti communiste, c'est au tour de Laurent Bouvier du Mouvement républicain et citoyen (MRC) d'appeler ses électeurs à voter pour la candidate socialiste Michèle Marquet, dimanche, au 2e tour des élections cantonales. M. Bouvier, qui a précisé ses intentions mercredi lors d'une conférence de presse, estime que la concentration de pouvoirs aux mains d'un seul homme — Claude Wallendorff, maire et directeur de l'intercommunalité — est un « danger » pour la démocratie. Selon Laurent Bouvier, ce « danger est réel ». « Il n'y a plus de panneaux de libre expression à Givet. Du moins, il n'en reste que deux dans des endroits où personne ne les voit », a-t-il assuré. M. Bouvier reproche à Claude Wallendorff de « ne pas dire ce qu'il est aux électeurs et d'avancer masqué. » Et de ne pas être un candidat apolitique mais le candidat de la droite sur le canton. « Il l'a démontré plusieurs fois, lors des vœux du maire. Il a dit qu'il se présentait car il a des amitiés avec MM. Huré et Laménie au conseil général. Tout le monde sait que ces deux personnes sont de droite. Ensuite, il a le soutien de Bernard Dekens [maire de Vireux-Wallerand] et il a soutenu l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Boris Ravignon, lors des législatives.» M. Bouvier a obtenu presque 7 % des voix au premier tour des cantonales dimanche dernier".

Les motifs pour ne pas voter en faveur de Claude Wallendorff sont clairement exprimés. Ils sont à la fois de fond et de forme. La nécessité impose donc de voter pour la candidate socialiste Michèle Marquet qui n'est certainement pas la candidate idéale, mais qui dans le choix précis qui est proposé est sans aucun doute la candidate la moins dangereuse pour la vie démocratique du canton. Puisse une majorité d'électeurs en être convaincue et le montrer par leur vote dimanche!

Aucun commentaire: