Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 23 mars 2008

Du bon usage des monuments aux morts

On sait qu'à l'issue de la Première guerre mondiale, qui a causé à la France 1, 4 millions de morts, la loi du 25 octobre 1919 a invité les communes "à prendre toutes mesures utiles pour glorifier les héros morts pour la patrie". La France ayant participé depuis lors à plusieurs autres conflits et connu bien des tragédies, les élus de la Nation se réunissent traditionnellement devant les monuments aux morts les 11 novembre, 19 mars, 29 avril, 8 mai, 18 juin et 25 août. Il s'agit là d'une attitude fort respectable, pour autant qu'elle soit réellement pensée en fonction de l'évènement commémoré, car on ne met pas dans la journée de la déportation le même sens ni le même contenu que dans l'anniversaire de la libération de Paris. Il est tout aussi nécessaire qu'elle corresponde à un véritable devoir moral, à un véritable recueillement. Transmettre cette mémoire collective, ce respect du passé aux jeunes générations, en espérant qu'elles en tirent des leçons de tolérance et de démocratie, est évidemment un objectif prioritaire.

En revanche, bien qu'il s'agisse d'une dérive en apparence vénielle mais malheureusement en hausse, je suis en tant que citoyen et encore plus en qualité de trésorier de la fédération du MRC-08 beaucoup plus sceptique sur la pratique consistant à célébrer l'installation d'un Conseil Municipal fraîchement élu par un dépôt de gerbes au Monument aux morts. Passe encore pour le Président de la République, qui incarne la Nation toute entière et qui se doit de ranimer rituellement la flamme de l'Arc de Triomphe à son avènement. Mais mélanger le rituel, et finalement la douleur, à des réjouissances souvent apéritives, me semble quelque peu déplacé. Un peu de bon sens, en ce domaine comme en bien d'autres, permettrait de faire l'économie de beaucoup de culture historique...

Quoi qu'on ait pu me dire, je me garderais bien d'affirmer que le nouveau Conseil municipal d'Aubrives ait pu penser en ce sens. En soi d'ailleurs ce ne serait pas une si mauvaise chose, car cela prouverait que les nouveaux représentants de cette commune pensent, ce qui est certainement à l'origine de leur élection. Mais n'incarnant pas que je sache le pays tout entier, on peut espérer qu'ils sauront réserver ces cérémonies ô combien nécessaires à des journées de commémoration nationale et non d'auto-célébration locale. En ce sens, honorer la mémoire du dernier poilu Lazare Ponticelli décédé entre les 2 tours des élections municipales m'aurait semblé bien plus cohérent et bien moins anecdotique... c'est du moins, pour autant qu'on puisse le voir, l'avis des plus hautes autorités civiles. Et pour avoir été pendant douze mois assistant au cours d'histoire de l'Ecole supérieur de guerre, j'ai la certitude que ce serait aussi celui d'un grand nombre d'officiers supérieurs français. Dont acte...
B.S.

1 commentaire:

vigie08 a dit…

Y a pas de quoi être surpris de cette action détestable. D'après votre profil, vous aimez "les tontons flingueurs". Alors, souvenez vous de cette citation d'Audiard: "les cons, ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait".
Votre pauvre conseiller va avoir du boulot. Bon courage à lui, mais il aurait quand meme du réfléchir avant d'aller s'associer avec des gens douteux