Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 3 mars 2008

Canton de Givet: Radio Fugi entre en campagne!


Lundi 25 février 2008, 1er jour de la campagne officielle pour les élections municipales et cantonales, le téléphone a retenti dès le début de la matinée au domicile du candidat présenté par le MRC-08 dans le canton de Givet, Laurent Bouvier. Qui cela pouvait-il bien être? Un créancier impatient de se faire payer son dû? Evidemment non, notre 1er secrétaire est une personne honnête qui ne croulent pas sous les dettes personnelles et qui a les capacités pour financer sans difficulté sa campagne qui n'a d'ailleurs rien de budgétivore. Un électeur indécis souhaitant des précisions sur le programme diffusé abondamment de la main à la main par notre candidat depuis plusieurs semaines? Non plus, ce qui n'a rien d'étonnant étant donné la qualité de fond du matériel distribué. Alors qui? Un média! Et pas n'importe lequel, pas un banal journal de la presse écrite, un média moderne utilisant les ondes pour diffuser ses informations auprès d'une foule innombrable d'auditeurs attendant fièvreusement chaque jour que la bonne parole lui soit délivrée. Nous avons nommé, mieux que RTL, Europe1 et France Inter réunis, Fugi FM, la radio locale associative de la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse.

L'objet de cet appel était double: convier notre candidat à un débat pour les élections cantonales et l'informer de la mise à sa disposition d'un temps d'antenne de 7 minutes pour pouvoir présenter son programme électoral. L'offre paraissant aller dans le sens d'une meilleure information de la population, Laurent Bouvier a aussitôt donné son accord de principe pour le débat tout en précisant qu'il conviendrait naturellement de se mettre d'accord sur les modalités de son déroulement et sur son horaire. Il s'est également attelé à la rédaction d'un texte à la fois structuré et simple afin que son programme puisse être compris par le maximum d'auditeurs. Après une 1ère visite mercredi 27 à Fugi FM pour demander des précisions quant à l'organisation du débat, il s'est rendu compte que les bureaux fermaient dès 17h00, qu'aucune permanence n'était assurée le week-end et que le public ne pouvait être reçu qu'à partir de 09h00. Vous reconnaîtrez que pour une personne qui travaille, ces horaires ne permettent pas d'entrer facilement en contact. Celà n'a pas découragé notre candidat qui s'est arrangé pour revenir lundi 03 mars afin de procéder à son enregistrement et d'obtenir les précisions indispensables à sa participation au débat.

Deux surprises de taille sont alors tombées sur la tête de notre candidat! La 1ère a été l'annonce que la clôture des enregistrements était terminée depuis vendredi soir. En réponse à son étonnement et au rappel que la campagne officielle ne se terminait que samedi 08 mars, il s'est entendu répondre que l'organisation interne de l'antenne ne permettait pas de procéder autrement et que de ce fait les recommandations faites par le CSA en date du 13 novembre 2007 et publiées au Journal Officiel du 11 décembre 2007 stipulant que "lorsqu'il est traité d'une circonscription électorale déterminée, les servives de radio veillent à ce que les candidats bénéficient d'une présentation et d'un accès équitable à l'antenne" ne sauraient avoir cours. A croire que la Pointe bénéficie d'un privilège d'extra-territorialité! Le CSA devra bien sûr donner son "avis" sur le sujet, et pour tout dire nous ne sommes pas certains qu'il sera favorable. Quant à la 2ème surprise, ça a été l'annonce confirmée par l'édition du jour de "l'Ardennais" que la date du débat avait été fixée au jeudi 06 mars à 18h00, sans consultation au préalable des disponibilités de tous les candidats. Cet horaire conviendra certainement à quelques-uns, mais pas à notre candidat qui devra participer à ce moment à une séquence de travail de 2 heures entrant dans le cadre de la journée nationale de solidarité avec les personnes agées. Il lui faudra donc choisir entre son intérêt personnel et la solidarité intergénérationnelle. Certains hésiteraient, mais pas un républicain patenté: c'est l'intérêt général qui bien sûr primera!

Quelle morale faut-il tirer de ce petit avatar? Que Fugi FM, radio financée en grande partie par la Communauté de communes Ardenne Rives de Meuse dont le directeur n'est autre que l'apolitique de Droite et par ailleurs candidat aux élections cantonales Claude Wallendorff, est une radio aux ordres qui fait tout ce qu'elle peut pour priver d'antenne certains et ainsi favoriser ceux auxquels les micros sont largement offerts? Beaucoup le penseront et sincèrement nous ne voyons pas quel argument nous pourrions utiliser pour les amener à avoir une autre vision des choses! Mais pour notre part, nous préférons voir dans ce petit incident dont l'impact sur le résultat des élections sera à la hauteur de l'importance du média incriminé, c'est à dire quasiment rien, la preuve que l'absence de concurrence parmi les pourvoyeurs de l'information est une bien mauvaise chose qui peut seulement être atténuée par l'éventuelle qualité professionnelle du personnel...

2 commentaires:

lukather a dit…

Cette histoire ne m'étonne guerre. Tout le monde sait que la Radio Fugi FM n'est qu'un outil de propagande communautaire digne d'un temps que nous espérions révolu.

Les journalistes ou pseudo journalistes ont probablement peur de perdre leur emploi : ils ne seraient pas les premiers menacés par d'avoir un comportement intègre : une journaliste de l'Union, bien connue sur Givet en a déjà fait les frais.

Quel courage, quelle intégrité ! Visiblement nous n'avons pas la même définition de l'intégrité journalistique.

Toutefois, il faut aller se battre sur le terrain et mettre Claude Wallendorff devant ses contradictions. Le jeu de la chaise vide n'a jamais apporté de solutions.

mrc-08 a dit…

Je savais depuis un certain temps que notre apolitique de Droite avait mis en place un réseau de clientélisme très poussé, au point d'avoir déjà eu des défections dans les rangs de mes propres soutiens. Mais je n'imaginais pas que le système était poussé à ce point: ce n'est plus du clientélisme, mais le retour des liens de vassalité!
Une personne qui agit de cette façon est inévitablement nuisible, si ce n'est pour le territoire, du moins pour le fonctionnement de la démocratie à laquelle nous devrions tous être attachés. Il faut donc la rendre inopérante en l'empêchant de devenir conseiller général-c'est le sens de ma candidature- et en sapant la base réelle de son pouvoir, c'est à dire la gestion de fait de la Communauté de communes par l'intermédiaire de faire-valoir. A ce titre, le résultat des élections dans les 17 communes de la comcom seront très instructifs ... pour peu que chacun sache faire ensuite preuve de courage.
LB