Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

vendredi 13 juin 2008

A Bruxelles, la Guiness a du mal à passer !


53,4%! C'est clair, c'est net, c'est sans bavure: c'est le score obtenu en ce vendredi 13, dont chacun sait qu'il s'agit d'un jour qui porte bonheur, par le NON lors du referendum organisé en Irlande sur la maxi-traitrise communément appelée traité simplifié de Lisbonne. Le MRC-08 salue chaleureusement ce résultat qui prouve que les Irlandais n'ont de commun avec les parlementaires ardennais que la rime. Les efforts de Madame Poletti et de Messieurs Warsmann, Vuilque, Laménie et Huré pour contourner la volonté populaire n'auront servi à rien d'autre qu'à les décrédibiliser en creusant encore plus le fossé existant entre les peuples et leurs élites.

L'Irlande est maintenant le troisième pays après la France et les Pays-Bas à avoir refusé de la façon la plus démocratique qui soit le schéma ultralibéral obstinément proposé par Bruxelles. On sait à quel point le "nouveau" texte était un réchauffé, pour ne pas dire un décalque, du traité enterré en 2005. Il y a donc une certaine logique à ce qu'il le rejoigne dans les poubelles de l'histoire! Souhaitons toutefois que la décision courageuse des Irlandais soit respectée, sans pressions ni mises en demeure, et que ce soit un pas de plus vers l'autre Europe, sociale et réellement démocratique, respectant la souveraineté des Etats membres, que nous appelons comme la majorité des Français de nos voeux.

2 commentaires:

tismana a dit…

Excellente nouvelle!!! Les peuples ont parlé une nouvelle fois, et c'est encore non. Il va bien falloir que les élites qui nous dirigent, ici et à Bruxelles, finissent par entendre le message. Les européens sont pour la construction européenne, mais pas pour la mort des peuples et de leurs particularités. Il faudra donc trouver une solution qui prenne en compte cette réalité.
Pour nos chers parlementaires, c'est une sacrée gifle qui devrait leur faire réfléchir sur leurs actes passés. Ils sont allés contre la volonté de leur électeurs qu'il connaissait très bien. Comment font-ils aujourd'hui pour pouvoir encore se regardre dans la glace le matin?

Anonyme a dit…

Facile : avec leur indemnité compensatoire, les parlementaires ont de quoi s'offrir un miroir à commande vocale qui leur dit qu'ils sont les meilleurs tout les matins...
Et le soir, ils passent sur les chaînes publiques françaises où on leur dit la même chose...
Comme disait le général, c'est facile de sauter comme un cabri en criant : L'Europe, l'Europe, l'Europe. C'est facile et ça rapporte. A quand une Cour des comptes européennes pour vérifier les dépenses ?