Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 11 juin 2008

Tourisme: le principe de réalité l'emporte enfin!


Depuis de longues, de très longues, de très très longues années, le Conseil général a présenté le tourisme comme étant LA solution pour sortir les Ardennes des difficultés qu'elles connaissent. Il a donc fait du développement de cette activité une de ses priorités. En bonne logique, il a donné l'exemple en créant 3 bases départementales de loisirs (dénomination pompeuse pour désigner des rives de cours d'eau ou de lacs plus ou moins aménagés) dotées chacune d'un camping aux Vieilles Forges, à Bairon et à Haulmé ainsi qu'un golf de 9 trous aux Poursaudes. Il a ensuite partiellement participé au financement de projets privés, comme l'aménagement de gîtes ruraux, et de projets publics comme le centre aqualudique Rivéa, la perle de la Pointe, la merveille des merveilles supposée résoudre tous les problèmes de ce territoire. Il s'est également efforcé de renforcer la notoriété du département en organisant des campagnes de publicité, par exemple à la gare de l'est à Paris ou sur les ondes de la chaîne européenne Euronews. Toute la panoplie des moyens d'intervention a été utilisée avec une constance qu'il convient de saluer!

Mais voilà, il vient toujours un moment où il faut faire le bilan de ses actions. Et celui de la priorité donnée par le Conseil général au développement du tourisme est loin d'être brillant: un gros millier d'emplois directs (pour comparaison, c'est ce que représente le seul 3ème Régiment de Génie à Charleville-Mézières) qui est très loin de compenser la saignée subie par les emplois industriels estimée à plus de 2.000 pour les 2 dernières années seulement, des aménagements pour la plupart déficitaires et l'émergence d'un seul site d'envergure ... régionale, le château de Sedan avec ses 70.000 entrées annuelles et ses animations périodiques. La multiplication des parterres de fleurs et des zones pavées n'a donc pas réussi à modifier les quelques lois d'airain qui régissent le tourisme de masse, et notamment celle qui veut que les flux de vacanciers se dirigent essentiellement vers le sud: les Ardennes françaises ne seront donc jamais, géographie oblige, l'équivalent touristique des Ardennes belges. C'est triste, mais c'est ainsi. Le Conseil général a bien dû se rendre à cette évidence et, prétextant (vous savez ce que c'est, il faut toujours essayer de sauver la face!) une obligation qui lui aurait été faite par l'Etat de ne pas concurrencer les infrastructures privées, il a changé son fusil d'épaule en mettant récemment en vente le golf des Poursaudes et les 3 campings départementaux. Certains y ont vu (regardez sur notre gauche...) un bradage du patrimoine des Ardennais, mais pas le MRC-08 qui salue ce retournement, même s'il le trouve bien tardif.

Et la voie verte qui a été inaugurée ce week-end, êtes-vous certainement en train de penser? N'est-ce pas une réussite? Pour le MRC-08, qui tient en toutes circonstances à faire preuve de cohérence, la réponse est incontestablement ... oui! C'est l'exemple même de la bonne réalisation qui prend en compte les aspirations des Ardennais à pouvoir bénéficier d'aménagements touristiques à la fois proches et financièrement accessibles plutôt que de chercher en vain à séduire une hypothétique clientèle venue d'ailleurs avec un portefeuille bien garni. C'est la concrétisation de la prise de conscience qu'être au centre d'une zone de peuplement, aussi importante soit-elle, n'est pas suffisant pour devenir un foyer touristique majeur. C'est donc un retour au bon sens dont nous ne pouvons que féliciter le Conseil général. Puisse-t-il seulement ne pas être que temporaire...

Aucun commentaire: