Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

dimanche 10 juin 2007

La clinique de Revin en danger?


Grand malheur pour la Pointe qui connaît déjà une situation médicale inacceptable, la clinique de Revin refait parler d'elle. Depuis sa réouverture en 2003 par le docteur Nouar, elle permettait à la population d'avoir accès à un centre de consultation bien doté en spécialistes et à un service d'hospitalisation associé à un bloc chirurgical de 27 lits. Parmi eux, 3 étaient réservés à la chirurgie ambulatoire, c'est à dire aux interventions permettant aux patients de rejoindre leur domicile le jour même. Par contre, point de maternité à laquelle tenaient tant de futures mères de la vallée! L'offre de soins était donc incomplète, mais elle répondait globalement aux attentes de la population. Hélas, l'Agence Régionale de l'Hospitalisation a d'autres attentes et elle a décidé de supprimer les 3 places de chirurgie ambulatoire.

Petite cause, grand effet! Le dirigeant de la clinique a aussitôt décidé de suspendre l'ensemble de l'activité chirurgie. Cette mesure peut paraître disproportionnée au vu de la déclaration de la chargée de communication de L'ARH qui a affirmé: "seules les places en chirurgie ambulatoire sont concernées, tout le reste peut fonctionner, nous n'avons pas touché la chirurgie classique. La clinique peut donc continuer à fonctionner normalement ». Pour le MRC-08, qui n'ignore pas les rumeurs insistantes d'après lesquelles l'activité de la clinique allait de plus en plus mal, cette surréaction est essentiellement opportuniste. Pour les 2 principaux candidats aux élections législatives dans la 2ème circonscription, elle est l'occasion de montrer à la population qu'ils se préoccupent de ses problèmes: ainsi, Philippe Vuique a demandé la conversion des lits de chirurgie de court séjour en lits de soins de suite et Boris Ravignon lui a emboîté le pas en demandant la conversion en établissement de soins de suite avec le maintien des consultations de spécialistes. Ce dernier a même affirmé avoir obtenu l'assurance que cette orientation pourrait être obtenue rapidement: de qui et quand, double mystère, mais l'essentiel lorsqu'on privilégie la forme au fond n'est-il pas dans l'effet d'annonce?

Le MRC-08 ne s'inscrit pas dans cette logique. Avant de proposer, il s'informe! Nous avons donc consulté le Schéma Régional d'Organisation Sanitaire et nous y avons découvert que le territoire de santé Nord Ardennes (c'est le découpage retenu dans cette étude) avait un taux d'équipement en lits de soin de suite très supérieur à la moyenne régionale: 121,8 pour 100.000 habitants contre 94,6 pour la région. Qui plus est, cette supériorité est valable pour les 3 catégories de lits de soin de suite: 49,7 pour 100.000 pour la rééducation fonctionnelle contre 27,5; 67,1 pour 100.000 pour les soins de suite polyvalents contre 63,3; 5,1 pour 100.000 pour la post-cure alcoolique contre 3,9. Devant cette réalité chiffrée, il est illusoire d'espérer obtenir des lits de soins de suite à Revin. C'est pourquoi le MRC-08 préconise de demander la conversion des lits de chirurgie de court séjour en lits de soin de longue durée, domaine dans lequel le territoire de santé Nord Ardennes souffre d'un déficit par rapport à la moyenne régionale avec 137,1 lits pour 100.000 habitants contre 152,6 pour la région. C'est beaucoup plus réaliste et cela pourrait ensuite permettre l'adossement de la clinique de Revin à une maison de retraite, hypothèse envisagée par le docteur Nouar lui-même.

6 commentaires:

Milankovitch a dit…

1/ UMP Jean-Luc WARSMANN 57,46 % 20 829 voix
2/ DVG Jean-Paul BACHY 24,66 % 8 939 voix
3/ FN Eric SAMYN 3,91 % 1 418 voix
4/ UDF Olivier LAURANT 3,08 % 1 118 voix
5/ DVG Gisèle DESSIEUX 2,57 % 931 voix

vous retrouverez un de mes post précédents c'est à peu près ça que je pronostiquais Waremann élu Bachy second et Dessieux à 3% !

Milankovitch a dit…

Quand avant la course, on mise sur le mauvais cheval, il ne faut pas s' attendre à gagner !
Déjà trois élections en cette année 2007, trois échecs cuisants de la gauche, et encore ce matin, le même discours. On nous dit que le mode de scrutin est un deni de démocratie, il est amusant de constater que le gouvernement Jospin, qui a mis en place le quinquennat, n'a pas jugé bon de changer ce mode de scrutin...

Milankovitch a dit…

Il ne fait aucun doute que la fin des vieux partis est enclenchée. Le rêve de de De Gaulle se réalise. L'extrème gauche et le parti communiste devront former une seule composante. Le problème est au parti socialiste qui devra et changer de nom et d'idéologie. Il devra soit rejoindre la gauche extrème et le reste des communistes pour esayer de constituer une seule gauche, ou essayer de constituer une nouvelle composante centriste avec ou sans Bayrou. Nous voila revenu aux différents de 1920 pour les socialistes. Le plus rentable pour la gauche est de former un seul rassemblement capable de réaliser l'alternance politique. Mais cela est une autre histoire dont les conditions de réalisation ne sont pas encore à l'ordre du jour.

mrc-08 a dit…

Joli pronostic prémonitoire, il faudrait maintenant essayer de valoriser ce talent aux courses...
Sur le fond, le résultat était certes prévisible, mais il doit surtout amener à faire une analyse lucide des causes de l'échec de la gauche, et pas seulement dans la 3 ème circonscription. Alors, le parti socialiste serait revenu aux années 1920 et devrait choisir entre la tendance à la dérive centriste et celle à la radicalisation. Il ne faut pas se leurrer: il ne fera aucun choix collectif et le salut de la gauche ne peut venir que d'une coupure qui sépare le bon grain de l'ivraie.Nous laissons volontiers l'ivraie aller vers le centre et sommes prêts à travailler avec le bon grain à la refondation d'une vraie gauche populaire et républicaine.

Michèle Leflon a dit…

J'espèrais trouver dans les commentaires la discussion nécessaire sur l'avenir de la clinique de Revin. En vain ! Deux idées me semblent essentielles : la fermeture de la chirurgie de Revin ne doit pas nous dispenser d'une exigence de soins de court séjour dans la vallée. Quelques lits de moyen séjour sur Revin permettraient une proximité nécessaire pour les familles. La surreprésentation des lits de moyen séjour dans les Ardennes est essentiellement le fait des lits de réadaptation, les centres ardennais accuillant des patients d'autres départements. Mais méfions nous des promesses préélectorales : à Givet aussi on avait parlé de transformation de la clinique en soins de suite !

mrc-08 a dit…

Merci pour ta contribution qui a le mérite de recentrer les commentaires sur le propos de l'article initial.
Nous sommes bien d'accord avec toi, nous devons avoir une exigence de lits de moyen séjour dans la vallée, mais il ne faut pas que cela en reste au stade des propos incantatoires. Il faut tenir compte de la réalité pour pouvoir ensuite essayer de l'infléchir.
Quant aux promesses pré-électorales, c'est vrai qu'il faut s'en méfier comme de la peste et du choléra réunis. C'est pourquoi nous avions proposé une 2ème solution destinée à montrer aux candidats qu'il ne faut pas confondre vitesse et précipitation!