Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 16 juin 2007

La démocratie à la sauce Ravignon!


Dans la nuit de vendredi à samedi, les équipes de Boris Ravignon étaient au travail dans toute la circonscription. Quoi de plus normal l'avant-veille d'une élection qui s'annonce très serrée, direz-vous certainement, et vous auriez parfaitement raison. Il est tout à fait légitime d'essayer jusqu'au bout de convaincre les électeurs hésitants qui ont été si nombreux lors du 1er tour. C'est une démarche citoyenne qui ne peut que plaire au MRC-08. Mais cela donne-t-il le droit de tout faire? Non, mille fois non!
Pourtant, les équipes du candidat de l'UMP ne s'en sont pas privées. Ainsi, elles ont recouvert d'affiches de Boris Ravignon la permanence de campagne de son adversaire, Philippe Vuilque. Cet acte ne grandit pas ceux qui l'ont accompli, mais il prouve au moins que lorsqu'on veut faire réaliser un travail de terrain , il vaut mieux recourir à des militants expérimentés et convaincus de l'utilité de la politique qu'à du personnel rémunéré à la tâche. Evidemment, cela suppose d'avoir la force militante suffisante, ce qui n'est apparemment pas le cas de L'UMP dans la 2ème circonscription. La morale de l'histoire s'arrête-t-elle là? Absolument pas, puisque les équipes "ravignonesques" (tiens, tiens, cela nous fait penser à une rime, mais ce serait trop facile!) en ont profité pour apposer des affichettes-slogan sur la permanence parlementaire de Philippe Vuilque.
Si la 1ère action pouvait à l'extrème limite faire sourire, la 2ème est gravissime: elle porte atteinte au lieu qui permet à la population d'être en contact avec celui qui a été démocratiquement élu en 2002 comme l'un des 577 représentants chargés de faire les lois de la République. Derrière les vitres maculées, c'est bien une certaine conception de la démocratie qui a été attaquée. Boris Ravignon n'a bien sûr pas réalisé lui-même cet acte détestable qui l'aurait obligé à mettre la main à la colle. Il n'est pas coupable, mais il n'en est pas moins responsable des actions de ses équipes. Philippe Vuilque a donc naturellement fait contrôler les faits par la gendarmerie et a porté plainte pour dégradation et vandalisme. Il a aussi fait parvenir un communiqué aux médias dans lequel il dénonce ces méthodes d'un autre âge qui sont contraire aux pratiques démocratiques. Le MRC-08 s'associe à cette démarche et tient à faire savoir qu'il condamne avec la plus grande fermeté de tels agissements qui augurent bien mal de la politique qui se profile pour les 5 ans à venir...

Aucun commentaire: