Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 18 juin 2007

un 2ème tour entre inquiétude et espoir

Après le 1er tour des élections législatives, tout le monde prévoyait que les Ardennes, à l'image du reste de la France, seraient balayées par une vague bleue. Les résultats du 2ème tour ont démontré qu'il n'en était rien. La 2ème circonscription, sous l'impulsion de la courageuse Vallée rouge et à un degré moindre de la Pointe, a réélu le député socialiste, Philippe Vuilque. Le département conserve donc la même représentation parlementaire qu'en 2002: 2 députés UMP et 1 député socialiste, tous 3 sortants et réélus avec plus ou moins de facilité!
Mais au-delà de cette stabilité apparente, le MRC-08 constate que la droitisation des Ardennes qu'on avait observé lors des présidentielles se confirme: la Gauche s'effondre de 6 points dans la 1ère circonscription où elle est devancée dans tous les cantons, à l'exception de celui de Mézière-est (tiens, tiens, cela pourrait conforter l'engagement déjà pris par l'un de nos membres éminents pour les cantonales de 2008), et elle recule de 1,5 point dans la 2ème circonscription. le symbole le plus éclatant de cette tendance politique lourde est le basculement de Charleville-Mézières où la Droite l'emporte d'une courte et affreuse tête.
Le MRC-08 constate aussi que si la 2ème circonscription a pu rester à Gauche, ce n'est pas seulement dû au rééquilibrage qui s'est opéré au niveau national. C'est le résultat d'une participation sensiblement plus forte des électeurs qui traduit la dynamique unitaire que Philippe Vuilque a su mettre en place et à laquelle nous avons été pleinement associés. Nous le félicitons pour cette attitude, tout comme pour sa réélection, et nous souhaitons que cette façon de faire de la politique ne dure pas seulement le temps d'un scrutin. C'est le gage de la reconstruction de la Gauche sur des bases saines dont notre département comme le reste du pays a grandement besoin.

2 commentaires:

Guillaume a dit…

Ne dit-on pas plutôt "Vallée Rose" ? A moins que le Parti Communiste ne représente encore une force électorale de premier plan dans notre douce circonscription (Pardonnez-moi, je suis sur un petit nuage)...

Finalement, ce lundi n'est pas si maussade pour la Gauche française et ardennaise. Nous avons assisté hier à l'excipit d'un long chapitre de la politique régionale, une rude bataille remportée par Philippe Vuilque et son équipe, qui ont su utiliser le "réservoir de voix" que le député sortant disait avoir sous la main au soir du premier Tour. Comme quoi, n'en déplaise à certains, il connait ses administrés. Le discours démagogique et les paillettes de Ravignon n'auront pas suffi à faire basculer la 2° Circonscription... Plombé par la fameuse TVA, le Boris ? On est en droit de se poser la question.

A une échelle nationale, la Gauche a sauvé les meubles avec brio, Royal a fait son show (Est-elle encore en politique ?), l'Enarque bordelais antipathique va retourner au Canada.
Le changement est proche au PS (Oui, encore), tous le disent, de DSK qui veut adapter le parti "au XXI siècle", à Guigou qui, dans un tailleur immonde (qui ne fait cependant pas oublier la belle femme qu'elle fut), a parlé de "la nécessaire rénovation de fond, et non pas de forme".
Côté MRC, Sarre et Chevènement n'ont pas réussi à s'imposer, ce qui noircit bien évidemment votre regard sur cette élection.

Mais le coup d'éclat, l'attentat, la phrase choc, mon moment préféré en somme, est venu de Saône-et-Loire. Un homme est venu briser la grande solidarité télévisuelle du PS (Hollande riant avec Fabius, adressant lui-même un grand sourire à Delanoë). "La page des éléphants se tourne définitivement. Voici maintenant venu le temps enthousiasmant des jeunes lions, sereins, puissants et capables des meilleurs combats", c'est du Arnaud Montebourg dans le texte. Certes, ça ressemble à une autoproclamation, mais c'est franchement audacieux quand on vient de se faire réélire à 396 voix près dans sa circonscription de Saône-et-Loire. Et puis bon, le lion, c'est un peu plus classe que l'éléphant nan ? Remarquez qu'il n'a pas choisi le Poulet de Bresse.
Montebourg à la tête du PS à l'horizon 2017... Ah, si seulement !

mrc-08 a dit…

"vallée rouge", c'est l'expression historique pour qualifier ce qui fut et reste sous une forme différente un bastion de la qauche ouvrière. Mais il faut reconnaître que l'expression "vallée rose" serait aujourd'hui plus adaptée.
Sur le résultat des élections, qui se sont tout de même soldées par une victoire incontestable de la droite, il y a 3 plans à distinguer. Dans le département, Ravignon a raté son arrivée et nous nous en réjouissons. Monsieur j'arrive, je sais tout et j'ai des solutions à tout n'a pas réussi à convaincre, ce qui est une récompense pour les adeptes de l'action de terrain à long terme. Il y a aussi la recomposition prévisible du PS dans les Ardennes. Jusqu'à hier, il y avait 3 baronnies avec un chef incontesté dans chacune; maintenant, il n'y a plus qu'une seule figure qui compte vraiment: soyons sûr que cela va faire bouger bien des lignes.
Au plan national, sous réserve de vérification précise, il nous semble que le plus important a été oublié par tous les commentateurs et les observateurs de la chose politique. La victoire plus étriquée que prévue de la droite ne lui permet pas d'avoir les 3/5e du Parlement: en clair, finis les rêves de passer par la voie parlementaire pour faire adopter dans le dos du peuple français un mini-traité européen. C'est la démocratie qui en sort gagnante! Pour la recomposition du PS, c'est très compliqué: la machine à synthèse molle n'est pas morte, d'autant qu'elle semble à certain encore capable de fournir des postes.
Pour le MRC, les choses auraient pu être meilleures, mais elles ne sont pas catastrophiques: avec l'élection de Christian Hutin dans la 12e circonscription du Nord, nous faisons notre retour à l'Assemblée Nationale, ce qui était l'objectif de notre accord électoral avec le PS. Quant aux défaites de Sarre et Chevènement, elles ne nous remplissent pas de joie, mais peut-être permettront-elles un renouvèlement des générations? Restons positif, quand les racines sont solides, la plante ne meurt pas...