Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

mercredi 11 avril 2007

Agence postale communale : rétablissons la vérité !

En 2004, voyant l'ouverture à la concurrence arriver à grands pas avec la multiplication des directives venues de Bruxelles, la Poste a lancé un programme de réorganisation destiné à réduire ses coûts de fonctionnement. Ceux que l'on appelait encore les usagers ont pu s'en rendre compte avec la fermeture de nombreux petits bureaux, la réduction des horaires d'ouverture et l'allongement des files d'attentes devant les rares guichets ouverts (le sketch de Dany Boon exagère à peine...).
Pour faire face au risque de fermeture de bureaux dans les petites communes, certains ont imaginé de créer des agences postales communales : il s'agit d'un local appartenant à la mairie qui en assure l'entretien, le chauffage et qui est mis à la disposition de la Poste avec un employé communal en échange de 914 euros par mois. On peut y faire, assure t-on, la quasi-totalité des opérations réalisables dans un bureau de poste classique avec une garantie de discrétion identique. D'autres ont préféré ouvrir des relais-postes : il s'agit de commerces qui assurent uniquement les services postaux de base. Cette solution présente l'avantage d'assurer un complément de revenus au commerçant et des horaires d'ouverture plus longs aux usagers.
Ces solutions ont été utilisées dans le département puisqu'actuellement la Poste y recense 110 points de contacts : 17 agences communales, 14 relais-postes, 1 agence départementale (une première en France qui nous a valu les honneurs de TF1 pour son inauguration) et 78 bureaux classiques dont 27 fonctionnent déjà à horaires réduits. Le service public serait ainsi sauvé...
Cette vision idyllique des choses n'est absolument pas partagée par le M.R.C.-08. Si nous comprenons la nécessité de recourir à des relais-postaux en dernier recours, il n'en est pas de même pour les agences postales communales. Certes, nous voyons bien que la Poste (ou la banque postale ?) fait une bonne affaire financière : bénéficier du travail d'un employé payé par une mairie dans un local qui ne lui coûte rien puisqu'il est possédé, chauffé et entretenu par la collectivité pour 914 euros par mois, qui dit mieux ? Nous remarquons aussi que si les services postaux sont faiblement réduits (plus d'envois de Chronopost par exemple), il n'en n'est pas de même pour les services financiers : les retraits ou versements sont limités à 300 euros par période de 7 jours, les paiements de mandats à 300 euros par opération...
Et puis il y a les petits détails désagréables qu'on a bien oublié de signaler aux ex-usagers devenus clients. Par exemple, il nous a été impossible, dans un gros village des Ardennes dont nous tairons le nom pour ne pas nuire à son image, d'obtenir une facture attestant de l'achat de timbres. Ces derniers étant destinés à la campagne législative, ce pourrait être secondaire... sauf qu'il existe une commission de contrôle des comptes de campagne ! Mais pour un entrepreneur qui voudrait s'y installer, qui peut parier que ce ne serait pas suffisant pour le décourager ? Nous n'avons pas besoin de cela dans un département sinistré comme le nôtre. Sans compter que le principe est en soi gênant : faire payer deux fois aux habitants des régions en déclin démographique, sous forme d'impôts nationaux et d'impôts locaux, ce que les habitants des régions favorisées ne payent qu'une fois, sous forme d'impôts nationaux seulement, est-ce vraiment l'égalité républicaine ?

Aucun commentaire: