Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

lundi 16 avril 2007

La Huronne au marché



A la veille de Pâques, la Huronne a pris son panier pour aller au marché. Plusieurs tribus y étaient sur le sentier de la guerre : la tribu des Sarkozis ; l’avant-garde des Royalistes, arborant fièrement la peinture de guerre du MRC-08 ; un détachement des fils de la Lutte Ouvrière ! Chacun s’efforçait de rallier le plus possible de frères blancs ou rouges dans la perspective du choix prochain du chef suprême de la nation (indienne).
La foule était dense. La Huronne y vit soudain apparaître un chef à deux plumes paré d’une peau de sanglier (son totem) qui tranchait sur ces hommes du rang. Une troisième plume était l’objet de sa quête. Son chant clair vantait son mérite et la médecine que représenterait, pour les fils du Sanglier, cet ajout à son couvre-chef.
« Comme c’est curieux », dit la Huronne. Ce guerrier se trompe-t-il de combat ? ou est-il si sûr de l’issue de la grande rencontre des tribus qu’il ne se préoccupe que de son propre scalp et de son ornement ? Que peut en penser le grand Manitou socialiste ?
Ayant dit, la Huronne reprit son carquois et repartit à l’offensive.

1 commentaire:

vigie08 a dit…

Attention à la langue de bois! Il faut ici appeler un chat un chat si on veut y être compris. Alors, qui est ce chef paré d'une peau de sanglier? Jean-Paul Bachy, comme l'affirme un autre message de ce blog? Dans ce cas, il faut le nommer et dire clairement ce qui lui est reproché: le cumul des mandats, en contradiction avec la ligne définie par le PS, plutôt qu'une multiplication des plumes.
N'oubliez pas que tout le monde n'a pas un décodeur des subtilités des allusions politiques. Ici, nous sommes dans les Ardennes, pas dans le microcosme politique parisien!