Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

jeudi 26 avril 2007

Chevènement au pays des socialistes ardennais: un recadrage nécessaire

Après un début de visite dans des Ardennes qui s'étaient parées de leur plus bel habit de soleil pour accueillir leurs hôtes de marque, le moment fort et tant attendu se produisit: Jean-Pierre Chevènement, accompagné de Bruno Le Roux, de Gisèle Dessieux et de la fine fleur du MRC-08 se rendit au siège de la fédération socialiste des Ardennes. La discussion promettait d'être animée, elle l'a effectivement été!
La valse, comme tous les amateurs de Brel le savent, s'est déroulée sur un rythme à 4 temps. Le 1er a permis à nos hôtes d'exposer leurs positions: Jean-Pierre Chevènement a ainsi rappelé qu'une organisation s'honore en tenant les engagements qu'elle prend et que dans le cas contraire elle se discrédite et hypothèque l'avenir; il a mis en avant les qualités professionnelles, syndicales et internationales de Gisèle Dessieux et a demandé à la fédération socialiste de ramener sur le bon chemin Jean-Paul Bachy et d'adopter un comportement franc, loyal et sans faux-fuyant. Bruno Le Roux a précisé qu'une victoire de Ségolène Royal serait due en grande partie au mouvement d'unité créé en novembre et au travail effectué par Jean-Pierre Chevènement dans la campagne; il a aussi martelé qu'il fallait ramener les choses à leur juste niveau et que l'accord PS-MRC avait été validé à l'unanimité du bureau national du PS; il a enfin souhaité que le meilleur "ticket" soit constitué sur la 3ème circonscription et il a pointé du doigt l'impossibilité qu'il y aura en cas de victoire de Ségolène Royal pour un Président de région d'être candidat aux élections législatives.
Le 2ème temps a permis à la fédération socialiste de faire part de sa position. Elle a expliqué qu'elle était attachée au renforcement de toutes les composantes d'une gauche qu'elle souhaite complémentaire, y compris du MRC (quelle douce musique ce fut pour des oreilles aussi peu habituées que les notres!), mais qu'un débat interne avaient abouti à une unanimité des adhérents et des élus à soutenir Jean-Paul Bachy sur la 3ème circonscription. Le cadre général étant établi, le 3ème temps a été consacré à une discussion franche (c'est l'adjectif qu'un diplomate confronté à une pareille situation utiliserait) entre nos hôtes et la fédération socialiste. Jean-Pierre Chevènement a fait valoir qu'il y a un problème de principe si une fédération ne respecte pas la discipline de parti et demandé si, aux yeux de la fédération ardennaise, une décision nationale valait moins qu'une décision départementale. Le 1er secrétaire a affirmé que toute décision avait sa valeur et qu'il ne pouvait pas obliger sur un claquement de doigts les adhérents ardennais à soutenir tel ou tel candidat. Bruno Le Roux a rappelé que pour les élections législatives seules les instances nationales étaient habilitées à délivrer une investiture, qu'il ne pourrait pas y avoir d'opposition fédérale à une décision nationale et qu'il n'y avait aucune utilité à solidariser les militants dans une attitude d'obstruction.
Le 4ème temps a permis à chacun de préciser son état d'esprit à l'issue de la discussion. La fédération socialiste a insisté sur la nécessité pour Gisèle Dessieux de creuser son sillon dans la 3ème circonscription et elle s'est engagée à l'aider à s'implanter, sans pour autant préciser la façon dont elle comptait procéder. Jean-Pierre Chevènement a rappelé que si le MRC-08 était une formation modeste, elle était valeureuse et qu'il représentait par lui-même un potentiel de 1.524.000 voix ainsi que les réseaux d'influence correspondant. Il a ajouté que la discussion ne lui avait paru ni sympathique ni franche, qu'elle lui semblait nuisible pour la suite et que la balle était dans le camp des socialistes. Quant à Bruno Le Roux, il a laissé entendre qu'en cas de persistance des problèmes, les instances nationales du PS prendraient leurs responsabilités et n'hésiteraient pas à agir avec toute la vigueur nécessaire.
La valse était terminée, le temps des douceurs pouvait commencer. Tout le monde fut donc invité à déguster autour de rafraichissements bien mérités une spécialité ardennaise, la tarte au sucre...

3 commentaires:

vigie08 a dit…

Si je comprends bien, il s'agit du compte-rendu policé de la rencontre au sommet PS-MRC. Je suis certain que les mots utilisés ont été plus durs et en clair ça a dû ressembler à un remontage de bretelles.
Maintenant, il faut espérer que les socialos ont compris le mot "unité" et qu'ils comptent se bouger pour que Ségo fasse plus que la moyenne nationale dans le département.

tismana a dit…

Ah,ah,ah!Les camarades socialistes ont dû avoir les oreilles bien rouges après cette visite. Le manitou Le Roux a laissé entendre très clairement qu'il faut toujours respecter la discipline du Parti. Il a eu raison. On attend maintenant la suite qui sera donnée à ces directives.

toto a dit…

Chevènement au pays des socialistes, ça ressemble à Tintin au pays des soviets. Je croyais pourtant que le PS ardennais était de la tendance molle. J'ai dû rater un épisode ou alors c'est pour dire que le "che" est allé chez des gens qui ne souhaitaient pas l'écouter. J'aimerais bien qu'on me précise.