Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 7 avril 2007

Un banquet républicain réussi

Hier soir, à l'occasion du vendredi dit saint par certains, une trentaine des plus actifs des libres penseurs de notre département se sont retrouvés à l'auberge du premier chaîneau, dans les faubourgs de notre bonne cité de Charleville-Mézières, pour un banquet républicain et laïc. Certains membres éminents du M.R.C.-08 avaient l'honneur d'en être, mais tous les participants étaient de francs compagnons, grands amateurs des ripailles, de la dive bouteille et de la libre pensée. Car comme le dit François Rabelais, notre maître à tous : "Maintenons que non rire, mais boire est le propre de l'homme ; je ne dis boire simplement et absolument, car aussi bien boivent les bêtes : je dis boire vin bon et frais. Car pouvoir il a d'emplir l'âme de toute vérité, tout savoir et philosophie".
Le discours d'accueil du président de la fédération 08 de la Libre pensée, Alain Tournafol, rappela la longue liste des laïcs de tous les temps et de toutes les contrées. Exaltant la loi de 1905 et rappelant la noble tradition du libre banquet, de Platon jusqu'à nos jours, il nous gratifia notamment de quelques anecdotes héroïques, comme la tête de veau que certains roturiers dégustent encore tous les 21 janvier pour commémorer la décollation du bon roi Louis XVI, ou encore le menu que partagèrent le 10 avril 1868, autre vendredi dit saint, Sainte-Beuve, Flaubert, Taine et Renan :
Truite saumonée
Ecrevisse à la nage
Faisan truffé
Filet de boeuf sauce Madère.
De quoi se mettre en appétit... Appelés à table par les accents de l'Internationale et du Temps des Cerises, les participants se lancèrent alors dans une discussion des plus sérieuses sur la laïcité. Au-delà des divergences de détail, nous fûmes tous d'accord pour condamner les incursions de la sphère religieuse dans la sphère publique, notamment dans le domaine scolaire, et pour exiger l'application stricte de la loi de 1905, sans faux-fuyants ni toilettage, ce qui est la moindre des choses pour une loi que nul n'est censé ignorer... Nous avons aussi émis le voeu que le nouveau président de la République fût un fervent partisan de la laïcité. Puisse t-il en tout cas adopter la devise de Victor Hugo, qu'Alain Tournafol a rappelée à plusieurs reprises : "L'Eglise chez elle, l'Etat chez lui".
Nous nous réjouissons donc du succès de cette réunion et promettons d'ores et déjà notre participation enthousiaste pour l'édition 2008!

Aucun commentaire: