Jean-Pierre Chevènement, invité de LCI

Chevènement : "on a détruit l'école de l'intérieur"

samedi 5 mai 2007

morceau choisi




Dans "l'Ardennais" de ce jour, nous apprenons qu'un candidat putatif aux élections législatives a renoncé à présenter sa candidature. Ardennais de souche, homme de terrain, à la fois élu local et membre d'un conseil chargé de gérer un territoire plus vaste, il possédait a priori toutes les qualités pour briguer les suffrages des électeurs de sa circonscription. Il en avait aussi la volonté comme l'avaient montré ses multiples prises de position publique. Pourtant, les instances nationales de son parti lui ont préféré il y a quelques mois une personne quasi inconnue mais qui avait l'avantage d'être bien en cour auprès des centres de décision parisiens.
Comme tout homme politique convaincu de bénéficier d'un ancrage local solide et de réseaux d'amitié patiemment tissés, il a fait de la résistance en pensant que ses dirigeants nationaux finiraient par céder. Ce ne fut pas le cas, il en tira donc la seule conclusion possible et accepta in fine de s'effacer. Pour sauver la face, il a déclaré hier: "j'ai consulté de nombreux amis qui, au vu de la situation politique, notamment le nombre de candidats en lice, m'ont conseillé de ne pas compliquer la situation".

Qui peut bien être cet homme politique ramené à la raison? L'ex-maire de Sedan encore conseiller municipal et Président du conseil régional de Champagne-Ardenne à qui le Parti Socialiste a refusé l'investiture sur la 3ème circonscription au profit de Gisèle Dessieux, membre du MRC? Absolument pas! Il s'agit de Pierre Cordier, maire de Neufmanil et conseiller général qui s'efface dans la 2ème circonscription devant Boris Ravignon, conseiller technique auprès de Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa. Depuis le fameux débat de 1974, nous savions que la gauche française n'avait pas le monopole du coeur, maintenant nous savons que la gauche ardennaise n'a pas celui de la raison et du bon sens...

1 commentaire:

vigie08 a dit…

A la description, j'aurais bien cru qu'il s'agissait de Bachy. Mais non, c'est un homme de droite. Il faut croire qu'ils savent mieux compter dans ce camp. Un espoir quand même: avec la défaite cuisante de Ségolène, sa possibilité d'être élu est réduite à presque rien, il ne se présentera donc peut-être pas